Connect with us

Entrepreneuriat 👨‍💼

Le quick commerce peut-il être rentable ?

quick-commerce-rentable

Beaucoup sont ceux qui se demandent si le quick commerce est vraiment rentable. De toute évidence, les start-up du quick-commerce multiplient les levées de fond et ceci laisse à penser que les investisseurs sont à la fois convaincus qu’il y a un marché ET un modèle économique. 

Une rentabilité possible, mais sous contrainte

Ces derniers mois, pour grandir, les start-up misent sur les capitaux apportés par des investisseurs, une façon d’assurer l’hypercroissance avant, sans doute, de se mettre en vente ou de permettre des acquisitions au capital. Alors que Getir lève le demi-milliard de dollars en juin, Gorillas a annoncé avoir récolté 950 millions de dollars, notamment auprès de l’Allemand Delivery Hero et du Chinois Tencent en fin d’été. 

Pourtant, ce recours aux levées de fonds XXL démontre néanmoins que le modèle économique n’existe pas encore et la livraison express à domicile peine en effet encore à trouver sa rentabilité. Avec une exigence d’ouvrir beaucoup d’entrepôts pour livrer rapidement, et un panier suffisamment important pour absorber le coût de livraison, la rentabilité du modèle est pour le moment en suspens. Mais quelle entreprise avec des ambitions pareilles ne l’est pas ?

Les courses promotionnelles, les faibles coûts de livraison,  et les remises qui vont jusqu’à moins de 50% afin de rester dans la compétition n’aident certainement pas. Ainsi, pour réussir et devenir rentable, des conditions s’imposent…

Quel avenir pour le quick commerce ?

Le Quick Commerce doit déjà relever le gros défi mêlant problématiques logistiques, loyer coûteux, coût d’acquisition marketing pour conquérir des clients, développement de l’usage & de la fidélisation et disposer de ressources conséquentes pour assurer les livraisons. Faut-il peut être aussi revoir les prix ou la commande minimale ?

Il y a aussi la question du nombre de commandes qu’un livreur peut livrer en une heure. Pour financer son salaire. Les contraintes sont nombreuses…

En tout cas, si ce problème n’est pas immédiatement résolu, il est fort probable que les plus forts du secteur rachètent les plus petits pour se renforcer et restreindre le marché autour de 3 à 4 acteurs, un mal essentiel pour espérer une rentabilité.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.